Trente ans est un bel âge, celui de la maturité !  Et la santé est bonne ! Les printemps, même s’ils ont lieu parfois en hiver, rassemblent toujours des centaines d’élèves et d’enseignants, près de 700 cette année. Les formations sont toujours vivaces en Mayenne, une soixantaine d’enseignants ont participé aux trois stages organisés. Notre concours s’est agrandi, deux prix ont été décernés. Le premier festival, Les Jeunes lisent du théâtre, s’est déroulé avec succès au théâtre des trois Chênes, à Loiron, 300 élèves y ont participé. Cette année, il se déroulera sur une journée et demie. En dehors de ces actions « officielles », les militants d’AMLET s’engagent aussi auprès des migrants (voir pages ) dans les projets divers.

Mais l’avenir est cependant menacé. De nombreux artistes engagés depuis des années dans le partenariat entre le théâtre et l’éducation, directeurs de théâtre et comédiens, ont lancé un cri : « "Alerte sur la place assignée au théâtre dans le nouveau lycée : pour une autre ambition » car, selon eux, une menace pèse sur les options théâtre. « Les ministres de la Culture et de l’Éducation nationale et de la Jeunesse ont récemment accordé une place prioritaire au Théâtre dans le plan d’action « À l’École des Arts et de la Culture ». Ils reconnaissent ainsi les vertus de l’initiation théâtrale et de la lecture adressée dans les apprentissages de tous les élèves.Or les mesures prises dans le cadre de la réforme du lycée font craindre un recul, voire un renoncement progressif à ce qui a été patiemment érigé depuis plus de trente ans… » Dans leur appel, ils énumèrent tous les apports de l’enseignement du théâtre pour conclure : « Nous réaffirmons qu’à côté du monde virtuel dans lequel se meuvent aujourd’hui les jeunes, l’expérience théâtrale donne force et réalité à l’altérité, aux capacités de coopération, d’intégration et de création. ». 
C’est pour promouvoir toutes ces valeurs qu’AMLET continue 30 ans plus tard ses activités.